Edito SynopsLivien sur Le Cacao qui Tue

L'édito suivant a été réalisé en direct sur SynopsLive dans le cadre de l'émission Rétrosphère la Mensuelle du 21 juin 2014 consacrée à la saga Le Cacao qui Tue que j'avais le plaisir de co-animer avec Aslag, Horine et Bardyl. Cette séquence servant d'introduction pour l'émission, c'est l'occasion de revenir avec (tentative d') humour sur le parcours des créateurs présents du Cacao qui Tue : Hélène et Sébastien. Vous trouverez par la suite mes notes ayant servi à préparer cet édito.
Icône Téléchargement de Delacro
Cet extrait est mis à disposition par SynopsLive et le Nid de Johnny sous les termes de la licence Creative Commons BY-NC-SA 3.0

Hissez la grand voile moussaillon, vidinguez le bastinguage, ocquez les chaloupes, astiquez le mât car voici fier et honorable, un bout de l'équipe du Cacao qui Tue qui est accueilli sur le bateau de Rétrosphère (pavillon rose à points verts). Pour fêter ça, le Capitaine Bardyl et sa jambe de bois comme à leur habitude m'ont chargé de revenir sur la carrière sagasphèrique des invités pour qu'ils soient mis dans de bonnes conditions avant le début de l'émission.

Ce que le bougre ne m'avait pas dit c'est que baahhh... vous n'avez rien fait avant le Cacao qui tue... Rien, que dalle, nada, que chi, vous êtes vierges, puceaux, jeune diplômé et ne valez pas un copec sur l'échelle de l’éditorialiste qui doit ressortir des créations honteuses et douteuses de début de carrière pour faire rire son auditoire.

Bref, il va me falloir broder un peu jusqu'à la fin de cet édito pour paraître une nouvelle fois brillant. Parlons donc si vous le voulez bien, Hélène et Sébastien, de ce qui va nous occuper pour la suite de ce programme : le Cacao qui tue.

De cette saga très atypique, je retiendrais ce qu'il n'a pas manqué de faire titiller les neurones des plus brillants d’entre-nous au premier coup d’œil. Vous l'avez remarqué vous aussi ? Non ? Mais voyons, dans le Cacao qui tue *voix de débile* il y a « CACA » dans le titre *rire idiot* pardon.

Outre cette particularité qui n'aura pas manqué d'attirer dans vos bras les plus intelligents internautes, intéressons nous au fond. Le Cacao qui Tue n'est pas une histoire de plaquette de chocolat qui se met à assassiner tout le monde lors du goûter. Non, il s'agit ici d'une histoire de Pirates qui courent après ce fantastique artefact que semble être la Breluche dorée..... heu, le Cacao qui tue. Excusez moi je me trompe tout le temps avec la série de Walter Proof, c'est pas facile tous ces gens qui s'inspirent de Signé Furax ces derniers temps.

Car oui, cette fable sur la piraterie est semble-t-il inspirée du feuilleton radio de Pierre Dac et Francis Blanche, ça nous rajeunit pas ces conneries. Enfin personne ne va s'en plaindre c'est pas le modèle le plus dégueulasse du monde. Vous auriez pu choisir Julie Lescault ou Louis la Brocante donc rétrospectivement on va dire que ça va. Parce que imaginez un peu des mecs au lieu de chercher le Cacao qui tue, se mettent en quête une chaise Louis XIII au vide grenier de la petite bourgade de Saint Maurice l'Exil. Ça vend déjà moins du rêve que la mer des Caraïbes.

Dans tout les cas, je tiens à vous dire toute l'admiration que j'ai pour le Cacao qui tue et sa galerie de personnages loufoques en allant des marins Belges, aux pirates qui tentent de créer des tornades... mais le plus impressionnant, mon idole, mon héros c'est bien entendu the Singing Bastard, John B qui outre un patronyme ressemblant au mien partage avec moi une capacité linguistique hors du commun que les habitués du Duel reconnaîtront sans grand problème.

Dans tous les cas, je ne peux pas finir cet édito qui parle du Cacao qui tue sans poser la question qui tue (elle aussi) à nos invités : vous préférez le Nesquik ou le Poulain ? Attention, une des réponses est éliminatoire pour la suite de l'émission. Indice : je suis Blésois.

Bref, comme je le disais plus tôt, on vous connaît pas bien, on ne sait rien de vos vies, je laisse donc mes co-animateur de Rétrosphère se charger de vous tirer les vers du nez dans l'interview.

Comments (0)

Publier un commentaire